La pression du corps parfait, en Côte d’Ivoire et en France

Le corps parfait en Côte d’Ivoire 

Qu’est-ce qu’un corps parfait ?

Par curiosité, j’ai demandé à des personnes : qu’est-ce qu’un corps parfait pour vous ? 

Et voici les réponses :

– « C’est d’abord une silhouette; elle doit être esthétique à la vue, c’est-à-dire des rapports égaux (taille, poids, mensurations). Exemple: 1m68 ou 1m70 (mince, jambe fuselée, poitrine moyenne et ferme avec une bonne prestance)… « 

– « C’est être grande, mince, belle, des formes égales (forme en 8)… »

– « C’est avec des rondeurs là où il faut, être chic dans tous les habits… »

– « C’est avoir un ventre plat, un corps chic dans tout ce qu’on porte et un joli teint… »

Pourquoi accorde t-on tant d’importance au physique ? Pourquoi se permettre d’avoir des préjugés rien qu’en voyant le physique ?

Je ne saurais y répondre mais je sais qu’on ne prend plus la peine d’apprendre à connaître autrui, on le juge rien qu’à son physique ou à sa manière de se vêtir.

Voici ma petite histoire…

Je suis d’origine yacouba, c’est une ethnie de l’ouest de la Côte d’Ivoire et je suis issue d’une famille musulmane. Depuis toute petite j’ai grandi dans des environnements où l’apparence, le physique tient une place de CHOIX (je pèse mes mots). En effet, là d’où je viens, soit il fallait être assez élancée, avoir un ventre plat (ou bien dissimulé), un teint de rêve, soit il fallait avoir des rondeurs renversantes avec un postérieur proéminant et bien sûr il faut un « style » qui déchire sans quoi tu passes inaperçu. 

Pendant la période de ma préadolescence jusqu’à l’adolescence (12 à 18 ans), j’avais honte de moi, je recevais des surnoms comme « l’asperge » « la girafe » « le poteau électrique », les surnoms les plus glorieux étaient « la taille olympique » ou « la taille en or »; parce que là où j’étais, les filles aux rondeurs étaient REINES!!

À chacun de mes passages, que ce soit pour aller au marché ou à la boutique je subissais des railleries, de petites moqueries ou commentaires blessants voire désobligeants. J’en riais mais au fond de moi c’était tout le contraire.

Puis vient le déménagement, triste de laisser « les miens » mais en même temps heureuse de voir d’autres choses, de connaître d’autres personnes mais surtout de ne plus être l’objet de moqueries.

Et mes prières furent exaucées, dans le quartier, en plus de me plaire, les minces étaient REINES!

Cela coïncida avec la venue d’une nouvelle mode « BAS TUYAU », des pantalons qui affinaient la forme, et c’était notre période de gloire. Mais ce fut de courte durée.

Je passais par l’étape « Mère », cette étape qui te fait comprendre le sens même de la vie. Je suis tombée enceinte, j’ai accouché d’un magnifique garçonnet. J’ai pris du poids, cela n’a pas plu et je l’entendais à travers les commentaires de voisines hypocrites, de parents, de camarades et même de ma moitié: « tu as grossi!! Regarde ton ventre! Tu manges trop!! Regarde tes amies, elles sont toujours minces mais toi non ». Ou des fois c’était des comparaisons du style: « voilà Beyoncé même après ses jumeaux!! Les blanches elles. Va faire du sport ! » Oubliant que je m’occupe de la maison, je vais au travail, même si on a une aide à domicile elle ne peut tout faire…

Epuisée, fatiguée, enragée de toujours vouloir être comme les autres veulent que je sois sans toutefois prendre la peine de savoir si cela me convient ou pas ou si je suis à mon aise ou pas, je pris la décision de vivre POUR MOI. Me faire plaisir et me plaire à moi-même était désormais ma priorité.

J’ai grossi oui et je l’assume !! Que ce soit dans mes gènes ou pas, je ne suis plus une jeune fille mince, j’ai donné la vie, et même si ce n’était pas le cas pourquoi devrais-je vivre en fonction des autres ? Vivent-ils pour moi ? Non je ne pense pas.

<<Au fil du temps, j’ai appris qu’il faut se faire confiance, s’assumer, ne rien envier à personne, se plaire à soi-même avant d’essayer de plaire à autrui peu importe qui est cette personne, le plus important étant d’être à son aise, de bien se sentir mais surtout d’avoir confiance en soi et de se faire confiance.>>

28171433_171404873647621_1496319035_o

 Le corps parfait en France

 

Je suis une femme de 27 ans, afrofrançaise et afroféministe. J’ai grandi et je vis actuellement en France. J’ai fait mes études en école privée. Bien que je crois en Dieu, je ne me reconnais dans aucune religion organisée. Je suis un peu un nerd, j’adore la musique, la pop culture et j’ai consommé beaucoup trop de séries dans ma courte existence.

J’aime danser. J’ai pris des cours de danse classique pendant une dizaine d’années. Je pense que la danse est l’un des seuls espaces dans lesquels je me sens suffisamment à l’aise pour m’exprimer pleinement. Où je me sens vraiment assez confiante pour exprimer mon corps comme je l’aime. Dans cet espace, je me fiche du fait que ma façon de danser soit trop provocante, trop vive, trop perceptible ou bizarre … Je peux me transformer en rappeuse pour cracher tout “Bodak Yellow”, twerker sur “Rake it up”, réciter du Cece Penninston ou viver sur du SZA.

Dans d’autres espaces, ma relation avec mon corps est beaucoup plus complexe. Comme beaucoup de femmes, j’ai été bombardée par la télévision, les magazines de mode, les messages de réseaux sociaux sur ce à quoi mon corps devrait ressembler. Rends-le maigre. Rends-le sexy (mais pas trop sexy parce que c’est un truc de « salope »). Rends-le passe-partout pour qu’il ne soit ni menaçant ou différent. Rends-le délicat parce que c’est comme ça que tu attireras un homme et c’est tout ce à quoi nous devrions aspirer, n’est-ce pas?

Dès que j’ai pris conscience de mon corps, ma bataille a commencé. Surveiller mon poids, haïr les parties de mon corps qui me rendaient visible. Ma haine s’est focalisée sur mes fesses, cette partie de moi que je trouvais trop grosse. Je me souviens clairement, du haut de mes treize ans, de ne pas comprendre pourquoi les garçons de ma classe le pointait du doigt en riant. C’est à peu près à ce moment que j’ai commencé à le couvrir: avec des chemises nouées autour de mes hanches ou mes longues vestes, masquant une féminité que je n’étais pas prête à revendiquer. À ce jour, j’ai encore parfois le plus grand mal à me trouver attirante alors que je ne me fonds pas dans la masse. Je ne comprends pas pourquoi quelqu’un voudrait de moi alors qu’il existe des personnes “safe”, correspondant aux normes de beauté de notre belle société.

Ce qui a déclenché mon chemin vers “l’acceptation de soi” est en soi assez ironique. Quand les Kardashians ont commencé à devenir populaires et les médias à faire l’éloge de leur corps “voluptueux”, quelque chose s’est passé en moi, s’est rebellé. J’étais furieuse qu’une société qui m’avait dit toute ma vie que je devais rendre mon corps invisible célébrait maintenant ce que j’essayais désespérément de cacher. Pourquoi étaient-elles

glorifiées ? Parce que grosses fesses, grosses lèvres et gros seins sont acceptés … S’ils sont sur des corps blancs? J’ai progressivement commencé à lutter contre mes insécurités. «Oui, merci je vais porter ces jeans taille haute avec un body pour sortir», «Yep, cette robe bodycon m’ira à ravir, allez hop dans le panier! »

Ne vous méprenez pas, je ne dis pas que je suis guérie de toutes mes parties d’ombre, que parfois dans la rue une peur irrationnelle me saisit et que j’ai soudainement l’impression suffocante que tout autour de moi on me regarde parce que mon corps est trop visible, trop différent. Tout ce que mon esprit a absorbé, à la fois ce que j’ai ingéré consciemment et inconsciemment est toujours présent. Cependant chaque jour je me réveille déterminée à me battre parce que je refuse tout simplement de laisser mon esprit intimider mon corps.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.