Causerie du 18/03 sur le film « Ouaga girls »

La première causerie, organisée par Anne-Sophie (ambassadrice des eLLes pour le Burkina Faso) et Emma (fondatrice des eLLes), s’est déroulée en lien entre Paris-Ouagadougou. Nous sommes allées voir le film « Ouaga Girls ».

Retour de la causerie « Ouaga » organisée après la projection de « Ouaga Girls » :

 » La soirée du samedi soir a dû être rude puisque nous nous sommes retrouvées seulement à quatre sous les manguiers en cette fin d’après-midi du dimanche. Alors que nous étions une dizaine à la projection du film, venu.e.s suite à l’invitation des eLLes. 
Peu importe, nous avions beaucoup de chose à dire sur le film Ouaga Girls vu 3 jours auparavant à l’espace Gambidi. Nous avons toutes beaucoup aimé le film et surtout la spontanéité des « actrices » et leur naturel dû à ces 4 années où les caméras les ont si bien suivies dans leur vie de tous les jours qu’elles ont fini par oublier leurs présences.
Nous avons trouvé dommage que le film commence par un cours sur Thomas Sankara qui ne mentionne pas les idées féministes précurseurs de ce grand révolutionnaire burkinabé.
Nous nous sommes toutes demandées au jour d’aujourd’hui où elles en étaient ces femmes burkinabés avec leur diplôme en poche depuis 2 ans.
Ont-elles réussi à trouver du travail malgré le fait que ce soit des femmes ?
Leurs maris leur ont-ils permis de travailler après ces 4 ans de formation ?
Autres questions : – CFIAM : depuis quand existe ce centre de formation ?
Qui l’a créé et qui le dirige aujourd’hui ?
 Qui est cette femme directrice de garage avec qui Chantal échange lors de sa recherche de stage?
Le débat est ensuite parti sur cette discussion lors du cours de français sur la contraception. Nous étions d’accord pour dire qu’au Burkina la sensibilisation sur ce sujet est assez développée auprès des femmes ce qui n’empêche pas un grand nombre d’enfants « sans père ». Nous nous sommes fait la remarque qu’il serait bien utile de sensibiliser l’homme également puisque c’est souvent lui qui domine dans le couple. Le problème étant que l’homme n’a aucun intérêt à utiliser un préservatif, ce n’est pas très agréable et après tout si la femme vient à tomber enceinte il n’a qu’à disparaître dans la nature…
A ce moment 2 hommes, un burkinabé et un espagnol se sont joints à nous. L’homme burkinabé nous dit 2 choses : « la femme essaye aussi souvent de tomber enceinte dans le dos de l’homme pour le « garder ». Ensuite « c’est à la femme de gérer sa contraception parce que l’homme est un connard.  »
Cette discussion nous a amené 2 questions :
– existe t-il une loi au BF qui oblige les hommes à prendre en charge les enfants qu’ils ont fait ?
– si oui pourquoi n’est-elle pas mise en pratique ? (Peur du jugement, de la prison, de problème avec la famille…?) « 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.