– ETRE UNE FEMME QUI VOYAGE SEULE DANS LE MONDE – FRANCE

Je m’appelle Virginie, j’ai 29 ans. Je suis hyper indépendante, j’ai quitté ma famille vers mes 17 ans en prenant soin de ne compter que sur moi-même. C’est marrant parce que j’ai toujours été presque « anti-féministe » : c’est-à-dire que je n’ai jamais « milité » pour le droit des femmes, j’ai juste pris la place qu’on ne me laissait pas en général. De force. J’avais un ami qui disait : « Virg, c’est un pote. Avec un vagin ». Une vraie ‘ bad ass ‘quoi. Je considérais les filles avec un panneau féministe un peu comme des pleurnicheuses et j’avançais dans la vie comme si rien ne pouvait m’arrêter. Surtout pas du sexisme à la con. J’étais la seule fille autorisée à faire du foot à l’école primaire… puis cadre à 23 ans, manager à 24. Expatriée en Afrique à 28 ans. 

J’ai commencé à voyager seule vers mes 25 ans. Je n’avais pas beaucoup d’amies filles à l’époque. En général les filles me voient comme une rivale potentielle. Quand j’ai rencontré ce groupe de filles de « We are backpackeuses » (WAB) ça a été une véritable révélation pour moi. Oui, en tant que femmes, nous avons des difficultés particulières et oui, nous pouvons nous soutenir entre nous et nous serrer les coudes, plutôt que de nous tailler entre nous. Les féministes n’étaient tout d’un coup plus des pleurnicheuses mais des héros. 
Du coup, grâce à Mélissa, Maureen, Anne-Sophie, Tatiana et Aicha, rencontrées sur ce groupe facebook et avec qui je discute encore tous les jours (depuis plus d’un an !!!) via Whatsapp, j’ai pris conscience que oui, j’étais féministe. Et être féministe c’est surtout se soutenir entre nanas. Et je vous assure que pour voyager seule parfois, on a besoin de soutien !

être une femme qui voyage seule, ça remet bien les idées en place sur ce qu’est la condition de la femme aujourd’hui en 2019.

N’importe où dans le monde. Est-ce que vous avez déjà vu un mec chercher le profil d’un mec sur couchsurfing, et galérer car il n’en trouve pas ? Idem quand on réserve un airbnb : toujours aller vérifier scrupuleusement si ce n’est pas un pervers, car si on ne le fait pas on aura été « imprudente ». Ou un mec qui évite d’aller visiter une grande ville car il sait qu’il va se faire siffler et insulter dans la rue? Ou un mec qui doit refuser – très fermement – que ses hôtes l’accompagnent pour sortir manger, parce que « c’est dangereux  dehors à cette heure » ? Un mec se faire coller la main aux fesses en boite et ne rien dire pour éviter que les filles se battent entre elles ? Un mec qui fait attention à comment il s’adresse aux femmes, de peur de paraître trop disponible et de s’attirer des problèmes ? Un mec apprendre en arabe la phrase « désolé, je suis marié » alors qu’il ne l’est pas ? Un mec s’acheter une alliance pour la porter, alors qu’il n’est pas marié, dans l’espoir d’être un peu plus tranquille ? Toujours se méfier des personnes du sexe opposé. Envoyer la plaque d’immatriculation par sms à tes amis du covoitureur si c’est une personne du sexe opposé. 

J’ai dû faire tout ça. Etre une femme qui voyage seule, c’est l’enfer. J’ai une copine qui en avait carrément pleuré du harcèlement de rue, au Sri Lanka. Moi je refuse de retourner à Marrakech, que j’adore esthétiquement, parce que je n’arrive plus à être sympa quand on m’interpelle 145 fois sur une journée dans la rue.

La fois de trop là-bas, ça a été « alors Nicky Minaj, t’as un gros cul » car je ne répondais pas à ses sollicitations. J’ai vu rouge, je lui ai demandé s’il aimerait que je dise ça à sa maman et qu’en tout cas elle avait complètement foiré son éducation. Il a été agressif, j’ai fini par perdre 4h de mon séjour à la police touristique… Je ne retourne à Marrakech que si je suis accompagnée d’un homme. Et toujours super tendue.

 Et puis c’est aussi parfois le « paradis » d’être une femme en voyage !? Un faux paradis quand on sait que c’est juste le revers de la médaille pour les soirs de stress quand tu rentres un peu tard à ton hôtel… mais disons que c’est la contrepartie pas trop désagréable : quand on t’ouvre les portes, quand on prend soin de toi quand tu es malade jusqu’à t’accompagner à l’hôpital, quand tu t’es plantée de jour pour les taxis collectifs au Cap vert et que le mec appelle tous ses amis un par un pour trouver quelqu’un qui va vers la ville où tu veux aller parce que « il ne faut pas rester seule ici ». Mais vous savez quoi ? Comment je préfèrerais pouvoir rester seule là !!!! et n’importe où d’ailleurs ! J’aimerais qu’un jour on ne nous regarde plus jamais avec admiration parce qu’on est une « femme » qui voyage seule. J’aimerais que ce soit aussi facile pour nous que pour les hommes que ça soit suuuuper banal ! en tout cas les WAB, et les miennes en particulier, rendent déjà la chose plus facile. Et ça c’est top.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.