Etre une femme qui aide les femmes : témoignage d’une yogi british qui consacre son temps à l’énergie féminine.

🗣🚺 Une fois que nous commençons à déconstruire les inégalités entre les sexes, comment pouvons-nous avoir un impact positif sur le monde sans nourrir le monstre ?!🤔

Cet été, nous publions deux histoires de deux femmes incroyables, qui ont décidé de dédier leur parcours professionnel aux femmes, à leur bien-être et à leurs droits.

Après le Bénin, cette histoire nous vient d’Angleterre. 👇

«Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde» nous disant Gandhi !

Féministement vôtre, ⚖️🌍

Céline pour les eLLes 🙏

Comme beaucoup d’entre nous, j’ai eu l’impression d’avoir répondu à un appel de l’âme. Le travail avec les femmes auquel je me consacre aujourd’hui est né à la fois de mes luttes personnelles et de mes dons, ainsi que de la douleur vécue par ma mère.

Les gens pourraient imaginer qu’avoir tout ce qui est nécessaire – et plus – matériellement, garantirait le bonheur et le bien-être. Mais j’ai vu que ce n’était pas vrai. Ma famille vivait une vie très confortable, mais tout au long de mon adolescence, mes parents étaient en conflit constant et je me sentais prise entre eux, invisible et sans voix. Mon père était le patriarche typique: il partait travailler et gagner l’argent du foyer, alors que ma mère restait à la maison. Ce qui aurait été bien s’ils avaient réellement prospéré dans ces rôles, mais aucun d’entre eux ne l’a fait. Ma mère était en permanence anxieuse, frustrée, névrosée et déprimée. Mon père était stressé, en colère, contrôlant et émotionnellement violent.

Plus je m’épanouissais en tant que jeune femme, plus j’avais l’impression d’exaspérer mon père . Si j’exprimais une opinion qui différait de la sienne (ce que j’ai souvent fait en tant que jeune femme curieuse intellectuellement ), il devenait furieux, voire violent.

Je désirais ardemment son amour, sa vision et son soutien, mais au lieu de cela, je me sentais dévalorisée, inadéquate et seule. Plutôt que d’écouter, de poser des questions ou de manifester de l’intérêt pour moi, il projetait sur moi ses propres idées sur ce que je pensais ou voulais. C’était à la fois oppressant et exaspérant. Pendant ce temps, ma mère se tournait vers moi pour être sa confidente et conseillère. J’ai joué ce rôle mais avec le recul,ce renversement des responsabilités mère-enfant me semble totalement inapproprié. J’ai pris beaucoup de temps pour décrire ce scénario car, à ma connaissance, ces expériences sont formatrices au cours de notre jeunesse et forgent beaucoup de choses sur notre psychisme et notre mode de fonctionnement en tant qu’adultes. Et parce que je suis sûre que beaucoup de lectrices et lecteurs pourront s’identifier à cet archétype familial. En tant que professeur de yoga, je crois au karma: en d’autres termes, notre âme choisit et manifeste des expériences particulières dans le cadre du chemin évolutif de la vie.

Ainsi, je crois que mon âme a choisi cette famille à la fois pour me donner une expérience de la séparation infernale créée par le patriarcat et pour m’inciter à la changer.

Entre vingt et trente ans, j’ai connu le succès, d’abord dans mes études, puis dans le monde des affaires. Mais à 30 ans, j’ai divorcé et cette rupture m’a déchirée. Une décennie plus tard, lorsque mon deuxième mariage était en train de s’effondrer et que je me trouvais seule à Londres avec 2 jeunes enfants et sans soutien financier, j’ai compris qu’il fallait que quelque chose change. Ma sexualité a été un fil conducteur qui a lié tout cela.

J’avais toujours été fortement sexuelle, mais il était clair que, si je suivais le courant de mon désir sans trop prendre conscience de moi-même, j’avais créé beaucoup de chagrin et de chaos pour moi-même et pour les autres. J’allais comprendre plus tard que notre expression sexuelle inconsciente n’a vraiment rien à voir avec le sexe, mais bien davantage avec les distorsions relationnelles sous-jacentes et les blessures que nous avons subies au cours de nos premières années de vie.

Cela a été le début d’un nouveau cheminement spirituel et professionnel. J’ai commencé ma formation à la pratique de « la danse consciente » au cours de ma deuxième grossesse.

C’est dans le cadre de cette pratique, ainsi que de la maternité, que j’ai commencé à vivre dans la conscience, à faire ce que j’aime vraiment et à renouer avec un profond désir spirituel qui s’était d’abord épanoui chez moi pendant l’adolescence.

Enfant, j’avais toujours dansé et joué de la musique, créé des chorégraphies et des spectacles. Mais comme mes parents avaient refusé de m’inscrire à des cours de danse, cette passion et ce don inné avaient été relégués au second plan. Jusqu’à maintenant !!

En explorant le monde de la conscience incarnée et à la recherche de la guérison, je me suis aventurée dans les mondes du tantra, du travail corporel, du Reiki, du conseil en couple et du Kundalini Yoga.

Cela a engendré de profonds éveils et réalisations, parallèlement à de nouvelles expériences douloureuses avec des amants, qui étaient les «compagnons de la plaie» parfaits, rencontrés pour même permettre d’atteindre les niveaux encore plus profonds de guérison et de conscience de soi, ainsi que d’amour, disponibles pour moi.

J‘ai commencé à étudier et à enseigner le Kundalini Yoga pour les femmes et les relations authentiques, en m’inspirant de plus en plus de la philosophie tantrique, qui parlait du jeu divin des polarités du masculin et du féminin.

Six ans après la rupture de mon second mariage, je me suis retrouvée en Afrique du Sud dans le cadre d’une formation intensive en éveil sexuel pour femmes, animée par le regretté Dr Shakti Malan. De retour à Londres, j’ai commencé à enseigner cette pratique immédiatement, constatant que ma formation en danse et en yoga, ainsi que mon don pour encadrer des cercles de femmes, créaient un espace riche et profondément transformateur. Au fur et à mesure que ce travail fleurissait, j’ai commencé à étendre mon enseignement de la danse à de nouveaux domaines, en co-créant une expérience de danse avec des musiciens sacrés dans le Tantra Mantra, et en développant ma propre pratique de danse inspirée par divinité – DanceIn2U.

 
Quelques années plus tard, j’ai été appelée à initier en tant que « prêtresse de Rhiannon », déesse de l’amour et de la sexualité sacrée, par le biais du temple de la déesse Glastonbury.

 Cela m’a fait passer une année intense de guérison profonde des plaies du féminin, en particulier du cœur et du ventre de ma mère, me préparant à laisser de la place à d’autres femmes tout au long de leur parcours, de jeune fille à jeune femme.

C’est au cours de cette année que j’ai reçu des conseils pour créer une pratique appelée « Dancing the Goddess »(dance de la déesse). 

La vision que j’ai reçue était de créer un espace pour que les femmes incarnent le Divin Féminin dans toute sa gloire rayonnante, puissante et sensuelle, de manière à apporter cette énergie plus pleinement au monde.

D’après ce que je comprends maintenant, mon but dans cette vie est de réparer les blessures et le conditionnement du patriarcat qui sont gravés dans mes cellules depuis mon enfance, de me reconquérir comme une femme souveraine, éveillée sexuellement et spirituellement et de guider d’autres femmes. sur cette voie de rééquilibrage et d’élévation du masculin et du féminin, qui est, je crois, le seul moyen de créer un monde plus paisible et aimant.

Depuis lors, je dirige des ateliers, des retraites et des représentations de Dancing the Goddess à Londres et au Royaume-Uni, ainsi qu’un cours en ligne intensif – Awakening Shakti – et propose un mentorat individuel aux femmes qui souhaitent vraiment faire le travail. de transformation personnelle. Mes méthodes associent des pratiques d’incarnation tantrique et yogique à la méditation, à l’auto-enquête, aux cercles de partage et à la guidance intuitive.

À l’avenir, je souhaite personnellement que mon travail grandisse et s’épanouisse à travers le Royaume-Uni, ainsi qu’à l’international. J’attends avec impatience la publication de mon premier livre, qui accompagne le cours Awakening Shakti.

Plus globalement, je souhaite un monde dans lequel chaque femme vivra pleinement amoureuse de son corps, embrassant pleinement sa sexualité sacrée et pleinement alignée sur son pouvoir divin, ses dons et son destin. »

Pour en savoir plus sur le travail de Shakti: www.shaktisundari.com


Témoignage recueilli par l’équipe des eLLes, juillet 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.