Les plans sexistes dans lesquels ne pas tomber à Noël

Écrit par Abder et Céline ~

« Ne débarrassez pas la table, à moins que les hommes ne se lèvent pour le faire aussi »
~ Coco Chanel ~

La joie dans les foyers, le feu de cheminée, les cadeaux dans leurs emballages festifs au pied du sapin qui scintille…
Noël amène beaucoup d’injonction à faire et à être. Dans la maison parfaite, la famille parfaite, et évidemment la femme parfaite !

Même la plus grande badass féministe de la planète a grandi, comme nous, dans un monde où le patriarcat est la norme. Dans certaines situations, la vigilance est donc de mise. Il faut prendre garde à ce que le plaisir de faire plaisir ne te transforme pas en esclave ménagère des années 50 !

Alors, dans ces périodes de fêtes, les eLLes vous proposent 6 signaux auxquels prêter attention et à ne pas laisser prendre le dessus en cette période de fêtes 😘✊🏽🙏🏽🚺

1- The perfect host : charge mentale reposant entièrement sur les femmes, les vacances peuvent devenir période de cauchemar : recevoir et préparer la chambre pour Oncle Bob, qui de son côté arrivera toujours les mains dans les poches, faire les courses, le ménage, la déco, les cadeaux, gérer la cuisson, les boissons, les couchages, le plan de table… Juste l’énumération me donne le tournis !
Toute une charge de travail et une charge mentale qui pèsent quasi-entièrement sur les femmes, et qui doivent en plus de cela le faire avec le sourire.
 » Chérie, tu veux que je fasse quoi ?« . Car c’est bibi aussi qui doit planifier, guider et orchestrer ce joyeux bor… Noël.

  • Tu peux peut-être aller chercher la bûche ?
  • Quel genre ?
    La solution : une répartition des tâches digne d’une ligne de production fordiste. Il faudra toujours planifier tout cela, mais là on se case au moins trois moments dans la journée où on se détend et où les autres prennent la relève.

2- The perfect gifts. Chaque année c’est la même rengaine. On a des cadeaux à trouver pour 10. Et pas juste des cadeaux non. Il faut que se soit parfaitement personnalisé. des clins d’œil de qualité, emballés dans des papiers cadeaux écolos et avec une carte drôle et cute à la fois … Too much pressure, my friends.

Solution : on s’inspire de mon frère qui l’année dernière a acheté un kilo de « cocos de Paimpol » càd des haricots flageolets et nous a fait des petits paquets ! Ça lui a pris 30 minutes, achat et emballage inclus. C’était mignon et ça nous a bien fait marrer.

3- La meilleure soirée du Nouvel An. 😒 Naaan !!! Ce n’est jamais la meilleure soirée de l’année. Et de loin.
Comme le dit ma copine qui escalade l’Everest à ses heures creuses, « simple is the new sophisticated » (la simplicité est la nouvelle sophistication)
Œufs mouillettes et mousse choco. Sur un fond musical Cher/Barbra. Simple et efficace. Après tout, le but est de passer du temps ensemble, pas à faire la boniche seule dans la cuisine pour 10 à 100 invités.

4- les réflexions sexistes à table. Il y a deux écoles sur ce sujet : les petits ovaires et les gros ovaires. En toute neutralité !
Alors dans la théorie des petits ovaires, « on ne va pas gâcher le moment » en faisant un cours sur l’égalité des droits. On va encore « casser l’ambiance », voire être critiquée par la suite et traitée de « hystérique-gauchiste-féministe-destructrice-du-monde ».

Perso, ce qui me met à cran, c’est la petite blague sexiste devant ma petite cousine de 5 ans. Sympas les premiers souvenirs de Noël.
Alors je vous le dis à toutes : En cette nouvelle année, où l’égalité femmes-hommes est la priorité du quinquennat, on pose ses beaux gros ovaires sur la table et on cloue le bec à la rétrograde mamie Janette.
Conseil : on peut essayer, si on a le courage, de le dire avec le sourire mais personnellement je le fais avec un air grave et une voix deux octaves en dessous pour susciter la honte et le désarroi dans mon audience.

« Dear Santa, please bring equal rights for this 2nd class citizen. »

5- Être super sexy sans se taper les regards graveleux de ces messieurs.
Pour celui-ci je n’ai aucun conseil ou solution. Simplement, on n’oublie pas que même à Noël, une main sur les fesses est bel et bien une agression sexuelle et que la seule chose à faire est de porter plainte. Petit bonus, toute atteinte sexuelle dans le cadre familial entraine une aggravation de peine.
Aucune tolérance. Et il y en a eu, autrement, nous n’en serions pas là.

6- Plaire.
Pendant les fêtes, nous retrouvons tous les membres de cette grande famille éparpillée pour célébrer la venue du divin enfant ou du solstice d’hiver. Forcément, on souhaite que tout se passe bien entre le champagne et les petits fours. On veut plaire.
Cette année, je propose de faire tomber les masques sociaux de la parfaite petite fille, parfaite employée, maman, business-woman, petite-amie et j’en passe. Pour juste être, profiter de, écouter, s’émerveiller et laisser crever cette image de la femme parfaite et sans pli que le patriarcat aime tant. Soyons entière et vraie, soyons nous-même tout simplement.